Le premier album d’Alys

Après plusieurs singles, un clip primé par M6, de nombreux concerts à Paris (Pop In, Scopitone, Café de la Cigale, Olympia) et ailleurs (Francofolies de la Rochelle, Ancienne Belgique à Bruxelles), le premier album d’Alys est enfin dans les bacs en France.

On peut lire sur le visage d’Alys tout ce qu’il y a à savoir sur sa musique. Un grand sourire surmonté d’un regard profond qui lance autant d’étincelles qu’il semble cacher de secrets. Voilà l’impression que laisse l’univers de cette auteur-compositeur-interprète dans son premier album « Happy Days » produit sous le site label Akamusic.

La musique d’Alys oscille entre énergie insouciante et mélancolie, s’inspire des chanteuses de pop anglaise actuelle comme de la brit-pop plus traditionnelle. « Happy Days », son premier album, présente son univers, rafraîchissant, et différent de la scène pop française habituelle. Le titre de cet album reflète le bonheur évident de l’artiste à travailler sur ses chansons.

Ce premier album démontre qu’on peut être très heureux tout en parlant de sujets plus tristes, les thématiques abordées n’étant pas toutes aussi joyeuses que ce que le titre laisse penser. Si « Time » est une chanson hédoniste qui incite à profiter du moment présent, « Anna » aborde le drame de l’anorexie. « Is It Love ? », le premier single, et son clip primé, est un titre qui aborde avec plein d’humour les relations hommes-femmes tandis que « Overseas » évoque l’éloignement tant physique que moral et les difficultés du deuil. Chaque titre raconte une véritable histoire, et comme toutes les histoires, certaines finissent bien, d’autres moins.

Les 10 titres de « Happy Days » ont été réalisés et arrangés par Ronan Maillard (Sinclair, Martin Rappeneau), avec l’aide de Bruno Dejarnac en studio (Renan Luce, Tiken Jah Fakoly, Keren Ann).

Le style évolue au gré des textes et des thèmes. Plutôt rock et sautillant sur « Happy », pop mélancolique et orchestrale pour « Sam Brook » ou encore folk sur « Fairytale », les arrangements viennent soutenir le timbre de voix particulier d’Alys et son interprétation sensible. Une sorte de rapprochement fortuit de Katie Melua avec les Beatles!

C’est dans l’équilibre de tous ces éléments que « Happy Days » offre un véritable dépaysement. Entre ironie et amertume, entre énergie et émotion, entre tradition pop et nouvelle vague, les jours heureux d’Alys se traduisent en heureux moments d’écoutes et de découvertes.

Un album qui rend le bonheur contagieux !

Laisser un commentaire