MGMT réussit à transposer sur scène le psychédélisme léché de ‘Congratulations’, la preuve en VoD

La parution, il ya quelques temps, du second album de MGMT ‘Congratulations’ aura certainement été l’un des grands moments orchestrés de cette année musicale. Le successeur du ultra plébiscité ‘Oracular Spectacular’ aura fait couler beaucoup d’encre et aura su susciter les plus grandes attentes en VoD

 

 

Comment résister au succès étourdissant d’un premier album dont deux singles emblématiques (Time to Pretend et Kids) sont devenus les anthems d’une génération entière. Comment à 25 ans supporter la pression de se retrouver porte drapeau d’une certaine relève musicale ? Comment survivre à tout le tintamarre médiatique, aux tournées promotionnelles et sollicitations imposées par une maison de disques ayant enfin trouvé une nouvelle poule aux œufs d’or ? Que faire lorsque l’on fait désormais partie intégrante du Mainstream ?
 

Ben Goldwasser et Andrew VanWyngarden ont tout simplement essayé de mettre en Son la folie et la déraison de ces deux années d’explosion planétaire du groupe. De l’aveu même de leurs géniteurs, ‘Congratulations’ est avant tout la réponse d’un groupe soucieux de se retrouver et de se concentrer sur ses désirs musicaux. Le titre même de l’album est très ironique et semble induire une sorte d’autocongratulation plutôt sombre et sarcastique. Bien que morceau final de l’album, il semble en fait être son point de départ…
 

L’écoute de ce second LP est d’abord déconcertante. Les chansons ne sont plus aussi évidentes que sur ‘Oracular Spectacular’, elles sont plus complexes et plus torturées et sonnent comme en échos avec le passé récent du combo. La production qui a été confiée à Sonic Boom, mythique membre du cultissime groupe de psyché Shoegaze Spaceman 3 (dont le leader Jason Pierce forma Spiritualized), est encore plus aventureuse que celle de Dave Fridmann (qui mixe tout de même l’album). Les explorations psychédéliques sont toujours recherchées, mais le son tente de s’émanciper des versants pop d’Oracular Spectacular’ pour se projeter vers plus d’expérimentations et repousser encore plus loin la superposition mélodique de couches de guitares et de synthés.
 

Un album controversé et courageux qui fait énormément débat sur la blogosphère (nous en ces colonnes on adore !). L’histoire nous dira si ‘Congratulations’ résiste à l’épreuve du temps mais on peut d’ores et déjà se demander si il passe avec brio sa transcription scénique ? Si ‘Oracular Spectacular’ aura recueilli tous les suffrages, les prestations Live du groupe auront à l’époque plutôt déçues faute à une réelle difficulté à reproduire sur scène les merveilles pop synthétiques du premier LP.
 

Qu’en est-il avec les nouvelles compostions ? Quelques éléments de réponse avec le nouveau Single ‘Flash Delirium’ en live sur le plateau de Taratata, c’est ici que cela se passe. A voir une interview intéressante et très décontractée avec Nagui qui insiste sur la genèse de l’album. C’est à voir ici.
 

Une belle prestation, pour l’émission de Saturday Night Live, du morceau sur l’immense ‘Brian Eno’ est à voir ici. Enfin, à titre de comparaison, quatre titres de l’époque du premier album (Electric Feel, Future Reflections, Piceces of What, Handshake) sont à voir du côté de spinner.com, c’est ici qu’il faut aller.

Laisser un commentaire